citation bonheur

A la recherche du bonheur…même pas peur !

Sur les groupes Facebook que je suis (les classiques quand on vit ici : Frenchy@Atlanta / aux Usa / en Amérique du Nord… comme les aventures de Tintin il y en a pour toutes les destinations), les questions les plus récurrentes des non-résidents aux Etats-Unis sont celles à propos du quotidien ici. Comme si ces personnes voulaient des indices pour savoir « et, c’est comment la vie ici ? ». Il y a ceux qui préparent un vrai départ et ceux qui en rêvent et se demandent :

Et si c’était mieux ailleurs ?

Cette question me semble de plus en plus posée dans le sens : est-on plus heureux là-bas ? et de moins en moins, gagne-t-on plus d’argent ici ou là ? A-t-on une plus grosse voiture et une plus grande maison par là-bas ?

Bien sûr comme on habite à l’étranger, on connait de nombreuses personnes qui ont pris la décision de partir à l’étranger. Mais nous avons aussi de nombreux amis qui ont fait le grand saut pour décider d’être heureux d’une autre manière. Pour rappeler le contexte, je parle surtout de personnes de 25-35 ans, qui constituent mon entourage, la plupart sont diplômés, ont décroché un job dans une grande ou moyenne entreprise, très souvent en CDI. Des privilégiés à écouter la presse, les journalistes et l’opinion publique. Dans ce climat incertain, où le chômage et la crise font partie de notre vocabulaire quotidien, avoir un travail c’est déjà bien, parait-il.

Mais malgré cette période difficile décrite par la presse et les politiques, je trouve que ma génération n’a pas peur.

Pas peur de prendre son bonheur par la main et de dire :

« Non je ne veux pas de CDI, je veux partir à la découverte de l’Amérique du Sud toute seule pendant un an »

« Je veux le voyage de noces de mes rêves et il durera 6 mois, en Asie et en sac à dos. »

« Je veux faire le même métier que je fais aujourd’hui mais à mon compte, chez moi, sans congé payé certes, mais avec la liberté de travailler à mon rythme, pour moi et pas quelqu’un d’autre »

« La vie en entreprise ne me plait pas, je sors d’une grande école, la plus grande parait-il, mais à 26 ans je me reconvertis pour être prof de yoga et naturopathe »

« J’ai fait des études, 5 ans en école de commerce, j’ai un travail certes, mais 35h par semaine pas plus car je joue de la musique dans le groupe de musique de mes rêves. »

« J’ai un diplôme d’ingénieur d’une Grande Ecole mais ce que je veux c’est travailler dans l’environnement et dans l’écologie, alors je reprends mes études et je vis sur mes économies pendant un an pour me donner toutes les chances de décrocher le métier de mes rêves, celui qui m’aidera à sauver la planète à ma façon »

Ce ne sont plus des cas isolés et je cite ici des personnages de mon entourage proche et pas de quelqu’un qui connait quelqu’un qui connait quelqu’un. D’autres ont publié un livre, ont lancé leur entreprise, sont devenus profs de yoga ou coach, à mi-temps, à plein temps, certains vivent de leur passion et d’autres sont encore en train d’essayer, de trouver un moyen d’y arriver. Il y a aussi ceux qui ont simplement un métier qui leur correspond et les satisfait pleinement, sans réellement parler de passion.

Je suis béate d’admiration face à ce courage, cette détermination dont ces personnes font preuve pour être l’artisan de leur bonheur en sortant des sentiers battus. Certains doivent les trouver inconscients, tête brûlée ou déraisonnables. Dans tous les cas, ils n’ont pas choisi la facilité mais ils ont choisi le bonheur. Et comme disait Albert Camus, « il n’y a pas de honte à choisir le bonheur ».

Ces personnes sont pour moi une réelle source d’inspiration et je trouve qu’on ne parle pas assez de ces parcours-là. J’aimerai que ces situations soient davantage reconnues, publiées, expliquées, mise en avant, que les gens sachent que le bonheur est à portée de main. Que la vie n’est pas que crise et chômage ou CDI et grandes entreprises.

Personnellement, je ne sais pas quel travail, activité ou projet me rendra pleinement heureuse, m’enthousiasmera et me conviendra. Je sais que je n’ai pas encore trouvé. Mais savoir que c’est possible, que d’autres en ont eu le courage avant moi, cela m’aide énormément et je l’espère m’aidera à me lancer quand j’aurai trouvé ma voie.

Si vous avez d’autres témoignages, si vous aussi, vous avez pris votre courage à deux mains pour mettre votre vie sur les rails du bonheur, n’hésitez pas à en faire part. Faites savoir que c’est possible.

Et vous, vous pensez changer de plans ?  Vous avez des idées de projets que vous n’osez pas avouer ou mettre en place ? Ou alors comme moi, vous n’avez pas encore trouvé ?

Des bisous et ondes positives à tous et comme on dit ici, Happy Monday* !

Ludi

*En fait, on dit plutôt « Happy Friday » parce qu’on est content d’être en weekend. Mais avec cet article je me demande, et si pour changer, on était content de commencer la semaine ?

J’espère que les personnes qui se reconnaîtront dans cet article ne m’en voudront pas d’avoir résumé leurs discours et projets en deux lignes, pour le bien de l’article. Chacun de vos parcours est passionnant et il n’appartient qu’à vous de le raconter.

Précédent

Frenchgiving, Friendsgiving et Potluck

Suivant

Mon Papet

  1. Melanie

    Ouiiiii choisissons le bonheur!!! 😀
    Encore un article trop bien!
    Bisous!

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén